Facebook c'est le Monsanto du web : Vivent les punks cyber-paysans !

Dimanche dernier (le 16 février 2020, donc), je suis passé à Konstroy pour une sombre histoire de bizness ayant à la mafia du livre... J'en ai profité pour passer de la zique que je kiffe : SheWolf, Catisfaction, et MollyMcHarrell. Et prenant appui sur un titre de Shewolf, je me lançai dans une vibrante chronique (en tous cas le micro devant moi a bien vibré) en forme d'appel à cultiver son bout de web bio.

[Chronique Konstroy du 16/02/2020]

On vient de s'écouter "Childhood", un titre de She-wolf. Sur l'album. Sorry, not sorry (déso pas déso pour les non-anglophones). Ce titre parle de la nostalgie de l'enfance devant ce monde pourri (mais en plus poétique). Et sur cet album on y trouve aussi une chanson intitulée "Au nom du pair" qui parle de toxicité masculine et de paternalisme pernicieux en milieu libertaire. C'est fou ça, dès que des meufs jouent en non-mixité elles composent des titres qui tapent sur les mecs et dénoncent le patriarcat. C'est à croire, mais je ne peux le croire, qu'il y aurait un problème patriarcal dans nos milieux punks et libertaires. Nooon, ça se saurait depuis le temps...
Pour en revenir à l'album, dans le livret elles racontent dans un chouette texte comment elles se sont barrées de la capitale, paris, royaume de la surconsommation et de l'esclavage salarié, pour un bled paumé dans le centre de la france, où la vie est plus rude, mais la liberté bien plus grande. C'est vraiment un très beau texte et je vous conseille fortement de vous procurer ce CD, ne serait-ce que pour lire ce texte, qui donne une couleur toute particulière au groupe lui-même et puis qui nous fait bien réfléchir à nous sur notre propre condition vis à vis de tout ça. Et pour se procurer ce CD, c'est simple à faire, le groupe à une page de merch sur son site web.
Car oui, ce qu'il ya de bien, aussi, avec Shewolf, c'est qu'elles ont un vrai site web, sans pub, avec leurs dates de concerts, des photos, une biographie, et une boutique. C'est reposant de pouvoir s'imprégner de l'esprit d'un groupe, de son univers, sans avoir à cliquer comme un malade sur des popups qui vous bloquent l'accès au prétexte que vous n'êtes pas inscrit sur tel ou tel collecteur de données personnelles.

Et je profite de mon passage à l'antenne de Konstroy (sur Fréquence Paris Plurielle 106.3mghz pour ceux qui nous écoutent en peau de caste) pour m'adresser solennellement aux groupes (et aux autres d'ailleurs, labels, fanzines, orga de concerts) : faites des sites web ! Des vrais. Sans pub, sans tracker. Offrez-donc à votre public un espace de répit pour leur vie privée et leur temps de cerveau disponible !
Alors je sais... vous allez me répondre d'un air blasé que j'ai raison mais que vous être des gros fainéants, avec cet air sous-entendu que vous portez votre fainéantise avec fierté, comme une sorte d'étandard  "ah ouais nous on est des gros faineants". Sauf que ce n'est pas de fainéantise dont il s'agit mais de soumission à la commodité. La commodité c'est un concept qui désigne la facilité procurée par la technologie. On irait pas se remettre à laver son linge à la bassine car on a un lave-linge, on irait pas faire sa vaisselle à la main depuis qu'on a un lave-vaisselle, on irait pas coller des affiches sur les murs de la ville depuis qu'on a internet, et on irait pas faire un site web depuis qu'on communique sur facebook. La commmodité, c'est quelque chose de pratique qui rend les anciennes techniques super pénibles. Mais c'est pas parce que c'est pratique, que c'est pas dégueu. Le roundup par exemple c'est pratique.

La plupart du temps, dans les groupes de musique, ya le (ou la) préposé.e à l'internet. Parce que comme ça gonfle tout le monde de s'en occuper, on délègue le bordel à celui qui se propose. Et celui qui se propose, souvent c'est celui qui s'agite le plus sur facebook. Il est tout content de faire une page pour son groupe, comme ça il peut se la péter dans son propre réseau (allez faites pas genre c'est pas vrai, on sait tous que ça fonctionne comme ça) (depuis myspace et ses thanks for the add, on sait tous que vous allez sur les sacs à pubs pour vous la péter). Par contre faire un site web, un vrai, assurer une communication respectueuse de la vie privée de son public, ça c'est chiant. Et oui. C'est comme ça.
Si on pouvait se passer du capitalisme de surveillance en un claquement de doigts, sans rien faire, et bien ça se saurait. Si on pouvait sortir de la société de surconsommation et du neo-liberalisme rien que par la puissance de la pensée, on aurait pas le monde de merde qu'on a ctuellement.


On sait tous qu'il faut manger bio, et donc qu'il faut produire bio. Et pourtant vous avez des palanquées d'agriculteurs qui défendent bec et ongles Monsanto et son monde. Parce que passer au bio ça va pas être simple. Tout le monde sait que le glyphosate c'est cancérigène, que Monsanto c'est un péril pour la santé publique, que le monde géré par Monsanto c'est une horreur sanitaire, sociale, et écologique. Et pourtant ils sont nombreux à défendre ce modèle, basé sur les pesticides, les ogm, et le brevet du vivant.

Et bien Facebook c'est le Monsanto du web. Chaque organisation, chaque groupe qui utilise facebook c'est un cyber-agriculteur qui balance des pesticides sur le web.
Ces dernières années, dans le monde réel (on devrait dire le monde matériel, mais je fais vite), on a vu se développer une paysannerie bio, des amap, des biocop, des circuits courts, des ressourceries, de la vente directe. Tout un monde qui se construit en dehors du monde de Monsanto.
Et bien, c'est pareil pour Facebook. Il ya des expériences collectives, non intrusives, sans pesticide, qui ont vu le jour en dehors de Facebook et son monde. Et faire son propre site web, c'est cultiver son potager, sans pesticide, sans Monsanto, sans ogm.

Alors ça prend du temps, et oui, c'est comme ça. Souvent faire des choses respectueuses des autres, de l'environnement, ça prend du temps. Il en va de notre vie privée comme de notre santé, on la respecte pas avec des grosses machines ultra-liberales remplies de trackers publicitaires ou de perturbateur endocriniens. Et les deux modes de vies sont pas incompatibles hein, on peut très bien se fournir dans une amap et s'enfiler des pizzas industrielles de temps à autres. On peut très bien aller gaiement se faire ficher sur les collecteurs de vie privée, et en parallèle cultiver son bout d'internet bio, sans pesticide, respectueux de ses visiteurs. Les deux sont compatibles. Et c'est lorsque l'on a commencé, doucement à se réapproprier notre temps de cerveau disponible, notre vie privée, c'est à ce moment là que l'on commence à être dégouté de l'autre monde, celui de Monsanto et de Facebook.


Allez hop, camarades keupons, à partir de maintenant on se sort les doigts du cul, on se lave les mains (parce que sinon c'est pas très très respectueux), on se retrousse les manches, et on fait son potager web biologique :
A partir de maintenant, on fait des sites bio, sans pubs, sans tracker publicitaire !
A partir de maintenant, on communique grace à des newsletters ! (oui c'est cool de recevoir les newsletters d'un groupe qu'on aime bien)
A partir de maintenant, on met ses vidéos sur Yiny !
A partir de maintenant, on met ses annonces de concerts sur Razibus !

A partir de maintenant, camarades punks, label, orga, fanzine,  on se convertit à la cyber-paysannerie, on part cultiver des sites web bio... A bas Monsanto, à bas Facebook, vive la cyber-paysannerie, vivent les punks cyber-paysans !  
(Et vive l'anarchie ! … musique !)

 

L'émission Konstroy complète se trouve >ici<

Note :
- Le site de SheWolf : http://she-wolf.net/
- Le site des MollyMcHarrel : http://mollymcharrel.dawaband.net/

- Yiny : https://www.yiny.org/ Une site de partage vidéo basé sur Peertube, qui a le même "moteur" que Mastodon, et qui donc fait aussi parti ce que l'on nomme le Fediverse. Actuellement, sur Masto et Yiny je me suis lancé dans une série #LeLiveDuJour où je publie quotidiennement un morceau live parmi ceux que j'ai enregistré dans les années 2010...

- Razibus http://razibus.net/ Agenda de concert.


Fatal error: Uncaught Error: [] operator not supported for strings in /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/inc/core/class.dc.postmedia.php:61 Stack trace: #0 /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/inc/core/class.dc.media.php(592): dcPostMedia->getPostMedia(Array) #1 /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/cache/cbtpl/ef/3b/ef3bb11b572e6f41123f27c6f5f7d9c1.php(42): dcMedia->getPostMedia('19', NULL, 'attachment') #2 /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/inc/libs/clearbricks/template/class.template.php(252): include('/home/clients/6...') #3 /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/inc/public/class.dc.template.php(231): template->getData('_entry-content....') #4 /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/cache/cbtpl/6e/1c/6e1c6eb017c5133b95002cc040db2aab.php(2): dcTemplate->getData('_entry-content....') #5 /home in /home/clients/6700158d360ccd2610392b34a903fca1/sites/blog.abfab.ninja/main2/inc/core/class.dc.postmedia.php on line 61